lundi 2 décembre 2019

Le monde nouveau de Charlotte Perriand


                         Fondation Louis Vuitton, Paris                         Jusqu'au 24 février 2020


                   Quand l'art de vivre s'accorde avec l'art vivant, tout un nouveau monde surgit. Créatrice ancrée dans son siècle, Charlotte Perriand (1903-1999), parce qu'elle fut d'une liberté absolue, parvint à contribuer à cette fabrique du monde moderne à laquelle s'associèrent les plus grands artistes du XXe siècle. Si l'art c'est la vie, il faut alors qu'il soit total, qu'il en épouse tous les aspects, qu'ils soit lié aussi bien à l'architecture qu'aux arts plastiques et qu'il nous parle tout autant de l'objet, de sa forme et de sa fonction, que de l'espace qui le contient. La Fondation Louis Vuitton propose un parcours chronologique à vivre comme une véritable aventure pour la découverte d'une femme qui fut architecte, designer et dont l’œuvre très diverse et toujours à échelle humaine marque encore notre temps
On y trouvera quelques 400 œuvres dont la moitié sont des pièces de mobilier, des maquettes, des photographies et bien d'autres documents qui illustrent une œuvre foisonnante entièrement tournée vers une image positive de la vie. Le bonheur ne se satisfait pas ici de l'hédonisme, il engage le rapport à autrui et au monde, à la dignité et au respect de toutes les cultures. Il tend à saisir le présent comme une trace de l'avenir et à penser l'espace aussi bien en fonction de l'universel que des cultures vernaculaires. Charlotte Perriand parvint à concilier le réel et l'utopie, à travailler au Japon et au Brésil, à visiter le monde et à le défricher comme une terra incognita.
Une telle aventure ne se joue pas en solitaire. L'autre moitié des œuvres présentées relève des collaborations et des amitiés que cette femme entretint avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret mais aussi avec des peintres tels que Léger, Picasso et Braque et tant d'autres. La qualité de toutes ces pièces est remarquable. D'immenses toiles de Léger ou d'émouvants portraits de Picasso voisinent avec le mobilier imaginé par Charlotte Perriand. La couleur fuse d'une œuvre de Miro et rencontre des objets où se mêlent tradition et modernité, nature et technique. L'architecte s'intéressa aussi bien à l'urbanisme qu'à la montagne pour la station de ski des Arcs. La designer utilisa les matériaux industriels tout en puisant dans la nature la légèreté d'un bois, d'un bambou ou d'un cannage.
Charlotte Perriand refusa toutes les normes. Elle savait que créer c'était labourer le présent pour penser l'avenir et que pour cela la liberté devait être absolue. Elle resta une exploratrice et dans cette exposition nous allons de découverte en découverte à travers une scénographie particulièrement soignée. Jamais elle n'oublia que l'art était un engagement et un partage, que l’utilitaire ne devait jamais entamé l'idéal de la beauté pour tous. Aussi ce trajet dans l'histoire de la modernité se déroule-t-il selon un récit palpitant, dans la poésie des objets et des formes.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire